Etes vous prêt à revoir Harry Potter sur Grand Ecran ?

La fin de l’année 2018 sera aux couleurs Potteriennes. Alors qu’on attend avec impatience la sortie du second volet des Animaux Fantastiques au cinéma, nous avons récemment appris que Harry Potter à l’école des sorciers, premier volet de la saga magique, ressort au cinéma le 12 septembre prochain. En très haute définition : une aubaine pour tous les fans de la saga qui pourront partager cet intense moment de nostalgie dans toutes les salles de cinéma de France. Pour vous préparer à revivre cet événement, l’équipe du Pottersquare se propose solennellement de vous faire découvrir tout ce que vous ne saviez peut-être pas sur ce premier volet qui fait son grand come-back au cinéma.

Harry Potter revient aux cinémas !

Nous avons choisi les anecdotes les plus croustillantes, pour votre plus grand plaisir évidemment :
 
– La première scène du film, lorsque Harry est déposé sur le seuil de la maison des Dursley, a été filmée avec un vrai bébé. Ce tout jeune acteur avait le sommeil si léger que l’équipe de tournage composée de pas moins de 150 personnes était obligée de parler à voix basse pour ne pas réveiller l’enfant. C’est sans doute la scène la plus silencieuse jamais tournée dans l’histoire de la saga Harry Potter. C’est également le seul moment du film où la cicatrice de Harry a été faite par ordinateur et non par prothèse puisqu’il était évidemment impossible d’infliger le port d’une prothèse à un bébé.
 
– La fameuse scène de l’arrivée des centaines de lettres par la cheminée (vous rêviez que ça vous arrive un jour mais ce n’est jamais arrivé. Vous voulez un mouchoir ?) a été tournée sans effets spéciaux. Chris Colombus, le réalisateur de ce premier volet, tenait vraiment à ce que les acteurs puissent réagir face à quelque chose de réel : des vraies centaines de lettres qui s’envolent, et qu’ils n’aient pas à faire semblant. Ceci facilita notamment grandement le jeu du jeune Daniel Radcliff. Le rendu visuel a ainsi été rendu possible grâce à l’invention du superviseur des effets spéciaux : John Richardson, qui a mis au point un système de puits de ventilation soufflant toutes ces lettres par la cheminée.
 
– L’arrivée de Hagrid venu annoncer à Harry pour la première fois que c’est un sorcier a été filmée dans deux cabanes différentes. La première en taille réelle pour que tous les acteurs puissent y jouer, sauf Robbie Coltrane (Hagrid), qui lui a été filmé dans une autre cabane plus petite pour donner cette impression qu’il mesure 2,75m dans cette scène. Pour les autres scènes, où Harry doit marcher à côté de Hagrid (notamment dans les rues de Londres), c’est un ancien rugbyman qui incarne la doublure de notre demi-géant préféré.
 
– Le contrôleur de train de la gare de King’s Cross qui ne comprend pas Harry qui lui demande où se situe la voie 9 ¾ est à la base le chauffeur de Chris Colombus. Il l’a conduit sur tous les tournages de film, les deux hommes sont alors devenus de très bons amis et Chris a décidé de lui donner un rôle. On le voit encore à l’écran dans le second volet. Tim Burton est par la suite tombé amoureux de cet acteur qui s’appelle Harry, et il lui a donné un rôle dans chacun de ses films. Une belle histoire du cinéma n’est-ce pas ? Aujourd’hui Harry est toujours chauffeur, mais il est également acteur quand on l’appelle sur un plateau pour jouer une scène.
 
– Le train dans lequel voyagent les futurs élèves de Poudlard est inspiré du film de 1964 A Hard Day’s Night de Richard Lester, avec les Beatles. L’intérieur du train a été conçu pour ressembler exactement au train dans lequel John, George,Paul et Ringo voyageaient. Alors Stuart Craig, le chef décorateur, a recrée ce train.
 
– L’équipe du tournage a envisagé à un moment de mettre à Emma Watson de fausses dents pour faire coller le personnage à la description physique donnée par Jo Rowling. Finalement l’idée a été abandonnée puisque ce genre de prothèse l’aurait fortement gêné pour parler.
 
– La scène dans la forêt interdite a été filmée dans une forêt près de Londres, avec des ajouts de brume pour rendre l’environnement plus mystérieux. Mais lorsqu’on s’enfonce davantage dans la forêt il s’agit d’un plateau construit aux studios de Leavesden. Le décor a été construit avec de vrais arbres et de vraies racines et grâce à d’excellents décorateurs, le rendu est superbe.
 
– Dans ce film, l’usage du fond vert et de la création numérique aurait très bien pu être systématique mais ce ne fut pas le cas car Chris Colombus préférait donner un aspect plus réel, il était très désireux que ses acteurs (notamment les plus jeunes comme Dan, Emma et Rupert) puissent interagir avec du réel. Par exemple, la scène de l’échiquier géant a été l’un des plus gros challenges pour l’équipe de tournage : toutes les pièces ont été créées par le chef décorateur et elles avaient toutes une taille humaine, ce qui représente des heures de boulot. Mais ce sont également ces nombreuses heures de boulot qui font la réussite de la saga. Les meilleures histoires existent pour une bonne raison et il y a des heures et des heures de travail derrière. L’adaptation de Harry Potter au grand écran a été un véritable défi. On peut comprendre que certains fans intransigeants puissent être déçus qu’il manque certaines scènes du livre mais il était impossible pour le réalisateur de tout garder : il a fallut faire des choix. Et 17 ans après, le rendu visuel est toujours aussi incroyable et magique.
 
– La première apparition de Voldemort derrière le crâne de Quirell se passe à un moment où Ralph Fiennes n’avait pas encore obtenu le rôle,mais ironiquement ce Voldemort que l’on voit dans le premier volet ressemble un peu à Ralph Fiennes dans les derniers films, ce qui rend la scène encore tout à fait crédible aujourd’hui.
 
C’est fini pour le premier volet, on se retrouve bientôt pour un récap’ sur le second volet de la saga. N’hésitez pas à partager au maximum.
 
Magiquement vôtre.

Laisser un commentaire