Harry Potter et la Chambre des Secrets (2002)

Dans un univers rappelant fortement Le secret de la Pyramide dont il signait le scénario, Chris Columbus s’acquitte à nouveau (et pour la dernière fois, le troisième opus étant réalisé par Alphonso Cuaron) de la lourde tâche d’adapter l’œuvre de K.J. Rowling. Présentant de nombreux points communs avec la saga concurrente Le Seigneur des Anneaux (et l’attention pointilleuse des fans n’est pas la moindre ressemblance), la série se voit ici teinté d’un peu de noirceur, Potter y dévoilant des aptitudes maléfiques…

Harry Potter est contraint de passer la soirée dans sa chambre, pendant un dîner organisé par son oncle Vernon. Dobby, un elfe, fait alors son apparition et lui déconseille de retourner à l’école des sorciers en septembre. Harry désobéit mais de retour à Poudlard, il entend une voix malveillante. Celle-ci lui dit que la légendaire Chambre des secrets est à nouveau ouverte, permettant ainsi à l’héritier de Serpentard de semer le chaos à Poudlard. Aidé de Ron et Hermione, Harry doit agir au plus vite pour sauver Poudlard.
 

Chris Columbus réalise également ce deuxième volet. On prend les mêmes et on recommence à tous les niveaux. Le problème du film réside sur le livre.

  • Sortie le : 4 décembre 2002
  • Réalisé par : Chris Columbus
  • Avec : Daniel Radcliffe, Emma Watson, Rupert Grint, Richard Harris, Maggie Smith, Alan Rickman, Tom Felton, Robbie Coltrane, Kenneth Branagh

Synopsis :
A quelques jours de la rentrée, alors que Harry Potter est chez les Dursley, Dobby apparaît dans sa chambre et le prévient qu’il ne doit pas retourner à Poudlard, car il court un grand danger. Quelques jours après la rentrée, des évènements étranges se produisent dans l’école…

Harry Potter et la Chambre des Secrets

Le livre en lui-même n’est pas un des plus intéressants, même s’il permet d’introduire le personnage de Ginny Weasley et un aspect très noir pour la suite, les sorciers au sang pur (qui ne sont donc pas nés de parents moldus), qui sera la grande quête de Voldemort et de la magie noire. Le film a un avantage certain sur le livre : il met beaucoup moins de temps à démarrer. Là, où il faut la moitié du livre à J.K Rowling pour introduire La Chambre des Secrets, Chris Columbus expédie le tout en 20 min ! Le casting, qui ne diffère quasiment pas du premier opus, reste bon et Kenneth Branagh apporte une petite touche comique.

Seulement un an s’est écoulé entre les deux premiers films et le jeu des jeunes acteurs n’a donc que très peu évolué, même si Rupert Grint s’installe de plus en plus dans l’humour qui fera la force de son rôle au cours des films suivants. Kenneth Branagh est parfait en idiot narcissique et meilleur que tout le monde. Il retransmet avec brio tout l’agacement et le côté drôle que le personnage de Gilderoy Lockart peut procurer.

Chris Columbus n’apporte rien à un sujet déjà assez plat en soi. Le film est bon et le final dans La Chambre des Secrets, bien qu’un peu expédié, est époustouflant. Il manque, cependant, un peu de saveur comme dans le livre, comme si le tome et le film étaient dehors du déroulement de l’histoire. Beaucoup d’éléments prendront sens dans les derniers épisodes et redonnera quelques couleurs à cet opus terne. Le film se classe dans les derniers de la saga, mais plus par son histoire un peu plate que par la médiocrité de l’adaptation. Comme pour le premier film, Chris Columbus ne peut pas se voir reprocher sa manière d’adapter. Les livres déroulent sous nos yeux et restent accessible à tous. En somme, une très bonne adaptation à l’histoire un peu fade !

Laisser un commentaire