L’Epouvantard et le Basilic les créatures magiques de Harry Potter

L’épouvantard a été, comme de nombreuses créatures dans le monde de Harry Potter, ré imaginer par l’auteur sur base de faits existants. Au cours des différents tomes, son apparition n’était jamais bon signe et voici, pour éclairer votre lanterne, quelques mots d’explications.

ORIGINE

Venant de l’anglais Boggart, il désigne en premier lieu un folklore britannique : c’est en fait un esprit qui rôde autour des demeures mais traditionnellement, il n’a pas le pouvoir de se métamorphoser.

Par rapport à la traduction, l’origine est plutôt claire. Epouvantard, dérivé de épouvante.

ASPECT MAGIQUE

Tout d’abord, personne ne sait à quoi il ressemble du fait qu’il change d’aspect à chaque fois qu’il rencontre quelqu’un. En effet, il prend toujours la forme de la chose qui vous fait le plus peur : un serpent, une araignée, etc… Au cours de sa transformation, il produit un claquement sonore très puissant.

Il se cache la plupart du temps dans des endroits sombres, étroits et confinés. Fait logique, lorsqu’il rencontre plusieurs personnes, il devient très étrange et est très déstabilisé. Ainsi, il ne sait plus quelle forme prendre et c’est le moment de rire. Et oui, pour neutraliser la bête il vous faut éclater de rire et prononcer ” Ridikulus ” en pensant à une forme désopilante qu’il pourrait avoir. Il a alors honte et disparaît… Quel lâche !

ET HARRY POTTER ?

Ses apparitions commencent à partir du tome 3 où il prend une place relativement importante. Le professeur Lupin utilisa un épouventard pour simuler un détraqueur afin d’apprendre à Harry à repousser un détraqueur si jamais il se faisait attaquer. Dans le tome 4, il constitue un obstacle pour le tournoi des 3 sorciers au cours de la 3ème tâche. Et enfin, dans le tome 5, un épouventard apparaît dans le Quartier Général de l’Ordre du Phénix au 12 square Grimmaurd.

Voici la forme que l’épouvantard prend en rencontrant ces personnages Harry Potter :

  • > Neville : Severus Rogue
  • > Parvati : Une Momie
  • > Seamus : Le Spectre de la Mort
  • > Dean : Une Main coupée
  • > Ron : Une araignée
  • > Lupin : La pleine lune
  • > Harry : Un détraqueur
  • > Hermione : McGonagall lui disant qu’elle a échoué à ses examens
  • > Voldemort : Son propre corps

ANECDOTE

Quand on demande à Jk Rowling quelle forme prendrait un épouvantard devant elle, voici ce qu’elle répond :

“La même que celle qu’il a adoptée devant Molly Weasley lorsqu’elle en a laissé un sortir de l’armoire dans ” L’Ordre du Phénix ” : les êtres aimés que j’ai perdus. En revanche, si vous faites allusion à une peur tout à fait personnelle, ce serait d’être enterrée vivante. J’ignore comment ferait un épouvantard pour représenter cela ; peut-être en se transformant en cercueil autour de moi ? Argh…”

Le Basilic dans Harry Potter

Le basilic est une plante aromatique fort apprécié par de nombreux restaurateurs certes, mais c’est avant tout un reptile mythologique très dangereux qui est apparu plusieurs fois dans la littérature moderne. Nous pouvons citer bien évidemment le basilic du second tome des aventures de Harry Potter par JK Rowling mais aussi dans le 3ème tome de ” Le Dernier Chant des Malaterre ” par François Bourgeon.

C’est aussi un lézard vert maculé de taches bleues avec un iris jaune vivant en Amérique du Sud.

ASPECT MAGIQUE

La légende nous informe que le regard du Basilic est mortel. Quiconque croise sa prunelle meurt instantanément. Son autre arme est son souffle tant son haleine est infâme, ou encore grâce au contact avec sa peau, secrétant des substances venimeuses.

Communément, on dit que la seule façon de venir à bout de cette ignoble bestiole, est de lui présenter un miroir devant sa tête. En effet, il est vulnérable à sa propre image. La belette est le seul animal capable de le vaincre. Pourquoi ? Mystère…

Au IIème siècle, le poète Grec Nicandre de Colophon affirme qu’il s’agit d’un serpent de petite taille, au corps étincelant et dans la tradition antique, le venin du basilic est réputé mortel et sans antidote.

APPARITIONS

Au niveau de la littérature, on peut en entendre parler dans le tome 2 des aventures de ” Harry Potter “, mais aussi dans ” Le Denier Chant des Malaterre “, ainsi quand dans Marvel, dans le rôle d’un super-vilain.

Dans les jeux on le retrouve chez Final Fantasy mais aussi dans le jeu de rôle Palladium où il représente un dragon.

… ET HARRY POTTER

L’unique apparition dans les Harry Potter se déroule au cours du deuxième tome, lorsque plusieurs élèves se font pétrifier tour à tour par on ne sait quoi ou … qui ? Harry ? Sûrement pas, c’est l’œuvre de l’impressionnant Basilic qui rôde dans la chambre des secrets.

Ainsi, Harry trouve l’entrée de l’antre et part à la recherche de la bestiole avec le professeur Lockart et son meilleur ami Ronald. Finalement, Harry vient à bout de la bestiole et délivre Ginny Weasley des mains de Tom Jedusor.

Laisser un commentaire