Cette année, le célèbre sorcier Harry Potter soufflera ses 42 ans. Découvrons ensemble à quel point il a influencé l’éducation des enfants et la lecture.

 

En juin 1997, le monde découvre l’histoire d’un garçon sorcier avec une cicatrice sur le front. Cette histoire, au début sans prétentions aucune, a ensuite été traduite dans près de 80 langues différentes. En dix ans, sept livres de la saga Harry Potter ont été publiés, se vendant à plus d’un demi-milliard d’exemplaires. L’écrivain Joanne Rowling a réussi à faire quelque chose d’incroyable – combiner les genres de la fantaisie et de l’aventure, du détective et de la romance, du thriller et du mysticisme. Enfants et adultes ont été happés par les aventures de Harry Potter. Bien des décennies plus tard, les livres font toujours l’objet d’admiration. Le monde du casino a aussi quelque chose de magique. Il y a même quelque chose d’ensorcelant à jouer au blackjack. Tentez votre chance pour peut-être gagner gros!

 

Malgré le fait que le dernier livre en date soit sorti en 2007, chaque nouvelle génération de 8-9 ans plonge tête baissée dans l’univers d’Harry Potter. 

 

Le 31 juillet, le sorcier le plus célèbre aura 42 ans et son créateur JK Rowling en aura 57. En l’honneur de cet anniversaire, découvrons ensemble comment le sorcier élu a façonné la lecture jeunesse contemporaine.

 

Harry Potter et l’éducation

 

Ceux qui ont lu les livres ou regardé les films de Harry Potter sont des gens plus ouverts et empathiques, ils sont moins enclins aux préjugés contre toute minorité – du moins c’est la conclusion des chercheurs qui ont publié leurs découvertes dans l’article « La grande magie de Harry Potter : Moins de Préjugés » en Psychologie Sociale Appliquée en 2014.

 

Les chercheurs ont avancé la théorie selon laquelle les livres de JK Rowling inculquent la tolérance chez les gens. Pour le prouver, ils ont mené une série d’études. La première expérience a été suivie par des élèves de 10 ans d’une école en Italie (13 garçons et 21 filles). Tout d’abord, on a posé aux enfants des questions sur ce qu’ils ressentaient à l’égard des migrants. En fonction de cela, les élèves ont été divisés en groupes. Devant chacun, leur professeur a lu à haute voix un extrait d’un livre sur Harry Potter. 

 

Le premier groupe a écouté des histoires liées au sujet de la leçon. Par exemple, le moment où Draco Malfoy a traité Hermione de « sang de bourbe » et l’une des meilleures sorcières de l’école s’est sentie humiliée, tandis que ses amis étaient en colère contre l’incident et ont essayé de défendre leur amie. 

 

D’autres ont lu des passages « neutres », comme Harry achetant une baguette ou jouant au Quidditch. Les résultats ont montré qu’après avoir lu et discuté de la partie émotionnelle du livre, les enfants ont commencé à répondre à la question de savoir s’ils voulaient vivre et étudier avec des migrants d’autres pays d’une manière complètement différente.

 

Les chercheurs ont poursuivi leur étude sur les lycéens, où ils ont pris les attitudes envers les homosexuels comme un facteur mesurable. 46 garçons et 71 filles âgés de 16 à 20 ans ont été répartis en groupes selon qu’ils lisaient ou regardaient Harry Potter. Les expérimentateurs sont arrivés à la conclusion que ceux qui connaissaient le monde de JK Rowling s’avéraient plus sensibles et compréhensifs. 

 

La troisième étude a été menée auprès d’étudiants universitaires au Royaume-Uni. Une autre expérience était liée à l’attitude envers les réfugiés et n’a fait que confirmer les résultats d’études antérieures. Ainsi, les scientifiques ont avancé la théorie selon laquelle les lecteurs, en règle générale, s’associent aux personnages positifs du livre et réagissent vivement à l’injustice envers les autres. 

 

Harry Potter et la littérature jeunesse

 

 « L’effet Harry Potter » est le nom donné aux changements que les livres sur le sorcier ont apportés au monde de la littérature pour enfants. Avant l’avènement des œuvres de JK Rowling, on croyait que les livres pour enfants devaient être courts (pas plus de 300 pages), gentils (pour ne pas blesser l’enfant), simples (sans intrigue ni ambiguïté). Le héros tout au long du livre, en règle générale, ne grandit pas et le nombre de lieux d’action était limité pour éviter une confusion chez les enfants.

 

L’écrivain a complètement changé l’idée que l’on se faisait de la littérature pour enfants. Il s’est avéré que les enfants ne se soucient pas du tout du nombre de pages du livre. Certaines des histoires de Harry Potter faisaient plus de 800 pages, mais les petits fans du sorcier n’ont pas abandonné à mi-chemin du roman. Ils ont continué à lire avec enthousiasme. 

 

Une étude du National Endowment for the Arts a révélé que, grâce à la popularité de Potter, le nombre de pages dans les livres pour enfants a augmenté de 37 % entre 1996 et 2006. Avant cela, on pensait que la lecture jeunesse ne devait pas dépasser les 60 000 mots par livre. 

 

Habituellement, le héros de la littérature pour enfants était prévisible même pour un enfant. Dans la trame narrative, le cours des événements était facile à deviner et, en règle générale, la fin de l’histoire répondait aux attentes des jeunes lecteurs. Rowling a brisé ce schéma – il est difficile, même pour un adulte, de deviner ce qui arrivera ensuite à Harry Potter. 

 

Certaines intrigues étaient non seulement imprévisibles, mais aussi assez sombres. Surtout lors du décès des personnages. Les critiques étaient sûrs que l’enfant serait bouleversé par ces événements et finirait pas ranger la saga dans un coin.Pourtant, c’est tout le contraire qui s’est produit.  Les enfants ne voulaient qu’en lire davantage. Cette dissemblance entre l’histoire d’Harry Potter et celle des autres livres pour enfants qui étaient présentés sur le marché a été à bien des égards la clé du succès du jeune petit magicien. 

 

Avant l’avènement de Harry Potter, la littérature était principalement divisée en littérature pour enfants et pour adultes. Le jeune sorcier a également changé cette règle. Pour la première fois, le même livre pouvait être vu entre les mains d’un enfant de 7 ans et d’un adulte de 35 ans, et ce n’était pas surprenant. Cependant, on pense que l’histoire du jeune sorcier n’a pas immédiatement gravi le cœur d’un public adulte. Le tournant a été le troisième tome – « Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban ».

 

Contrairement à de nombreux autres auteurs pour enfants qui ont également écrit des suites à leurs livres, Rowling a réussi à créer sept histoires autonomes complètes. C’est ainsi que Harry Potter a rendu les lecteurs accros à la série de livres et a ouvert la voie à d’autres franchises. 

 

Plus tard sont venus « Twilight », « Hunger Games », « Divergent » et bien d’autres. Les lecteurs attendaient également avec impatience la sortie d’un nouveau roman avec leurs personnages préférés. Seulement, contrairement aux livres de Rowling, ils n’ont réussi à maintenir leur popularité que pendant quelques années, après quoi l’intérêt s’est estompé.

 

4.1/5 - (187 votes)
Voir nos informations Magiques :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *