Du Livre au film avec Harry Potter et la coupe de Feu

On le sait depuis la mise en branle du projet, et même avant cela ; depuis la parution du quatrième volume en librairie : point de salut pour une adaptation cinéma de moins de trois heures sans une considérable refonte (comprendre “élagage”) des multiples rebondissements du livre. Forts de ce constat, Steve Kloves (scénariste) David Hayman (producteur) et Mike Newell (réalisateur) ont adopté le parti pris le plus logique en regard de la continuité de la saga : se concentrer sur le personnage de Harry Potter. Tout ce qui, au travers des 37 chapitres du livre, n’a pas directement rapport à lui ou à la Coupe des Trois Sorciers a donc été expurgé du film. Des coupes souvent mineures, parfois majeures, toujours regrettables (bien que, fort heureusement, l’esprit du roman soit conservé). Les fans du livre souhaiteront donc peut-être savoir à quoi s’attendre, tout comme les personnes revenant du cinéma et ne désirant pas nécessairement consacrer plusieurs heures à la lecture du roman voudront savoir ce qu’ils ont raté -et qu’ils ne risquent d’ailleurs pas de retrouver sur la section “scènes coupées” du DVD- (la plupart des passages éliminés à l’étape du scénario n’ayant bien évidemment jamais été tournés).

Si vous n’appartenez à aucune de ces deux catégories, il va de soi que nous vous déconseillons instamment la lecture des lignes qui suivent sous peine de voire se déflorer l’intrigue dans les grandes largeurs.
Pour tous les autres, suivez le guide.

Note : vous trouverez à la fin de cet article, et parce que vous le valez bien, un petit lexique français – anglais des différents noms propres utilisés dans le livre.

Chapitre 1 : La maison des “Jeux du sort”

Récit modifié

C’est dès les premières minutes du film que se révèle le changement le plus important par rapport au livre : alors que dans ce dernier, le jardinier Moldu surprend uniquement Queudver et Voldemort (sous sa forme “provisoire”), dans le film, ils sont accompagnés par un troisième larron, dont la seule présence élimine d’emblée toute forme de suspens quand à l’identité du coupable pour l’histoire qui va suivre. Un parti pris surprenant, quand on sait que l’aspect “policier” tient traditionnellement une grande part dans les romans. Mais l’élimination de cet enjeu permet assurément d’alléger l’intrigue et de s’affranchir de longues explications finales. Le livre nous permet également d’en apprendre un peu plus sur la maison des “Jeux du sort” (en fait “Jedusor”), et notamment sur la famille de Voldemort. Des informations qui seront importantes dans le sixième volume.

Chapitre 2 : La cicatrice

Partiellement inédit

La seule partie de ce chapitre qui subsiste dans le film est le tout début ; soit le réveil de Harry avec une douleur fulgurante à sa cicatrice, conséquence directe de l’issue du chapitre précédent. Mais dans le film, Harry se réveille chez les Weasley et non chez ses parents d’adoption ; les Dursley. Pour le reste, rien de vital ne disparaît : le chapitre est essentiellement consacré à l’habituel résumé des épisodes précédents, et Harry envoie une lettre à Sirius Black pour l’avertir de son rêve.

Chapitre 7 : Verpey et Croupton

Partiellement inédit

Le champ où les milliers de spectateurs qui vont assister à la coupe du monde de Quidditch ont installé leurs tentes est reproduit avec fidélité, même si quelques détails savoureux disparaissent. Il n’est ainsi pas fait mention des multiples précautions prises depuis un an pour éloigner les curieux, pas plus que l’on ne rencontre le gardien du campement. C’est un Moldu, ce qui oblige les agents du Ministère de la Magie à pratiquer à intervalle régulier le sort “Oubliettes” sur sa personne. On ne fait pas non plus la connaissance dans le film de Bartemius Croupton -il arrive plus tard- et de Ludo Verpey, le fantasque Ministre des Jeux et Sports Magiques et ancien joueur de Quidditch lui-même. Il est, pour sa part, complètement absent du métrage. Il ne peut donc pas proposer aux Weasley de parier sur l’issue du match, et Fred et George ne peuvent pas miser toutes leurs économies sur l’assomption que l’Irlande va remporter le match mais que c’est Viktor Krum -de l’équipe bulgare- qui va attraper le Vif d’Or.

Chapitre 8 : La coupe du monde de Quidditch

Presque entièrement inédit

Nos héros montent dans le box des VIP, où un autre personnage de “taille” brille dans le film par son absence : Winky, l’elfe de maison de Mr Croupton, chargée par ce dernier de lui réserver une place qu’il ne viendra jamais occuper. Avant le match, chaque équipe présente ses mascottes: des Leprechauns pour les irlandais et des Vélanes (sortes de sirènes terrestres) pour les bulgares. Le match à proprement dit est complètement absent du film, une ellipse d’ors et déjà dans le top 5 des ellipses-les-plus-frustrantes-de-l’Histoire-du-Cinéma. Nous ne pouvons par conséquent nullement assister au triomphe des irlandais, qui ont gagné leur match, ni à celui des jumeaux Weasley; qui ont remporté leur pari.

Chapitre 9 : La Marque des Ténèbres

Récit modifié

Jusqu’à l’apparition des Mangemorts dans le camp et la fuite de Harry, Ron et Hermione, livre et film sont assez semblables. Une exception notable: dans le roman, les Mangemorts ont kidnappé la famille du Moldu qui gardait le camp et les font léviter au-dessus de leurs têtes. Pas de Moldus donc, et une vision “malsaine” de moins (dixit Ron) dans un film qui par ailleurs -et c’est une bonne nouvelle- n’en manque pas. Mais la plus grosse altération reste à venir: dans le roman, Harry, Ron et Hermione se réfugient dans la forêt. Harry se rend compte en chemin qu’il a perdu sa baguette. Ils entendent alors -sans voir d’où elle provient- une voix puissante invoquer la Marque des Ténèbres qui s’élève au-dessus du camp. Les sorciers du Ministère apparaissent et fouillent les fourrés. Ils retrouvent… Winky, l’elfe de Bartemius Croupton, tenant la baguette de Harry Potter qui a de surcroît servi à invoquer la Marque. Malgré ses efforts pour se disculper, Croupton la congédie.
Dans le film, toutes ces pistes policières passent à l’as. Il n’est fait nul mystère sur la personne qui invoque la Marque des Ténèbres: c’est l’énigmatique homme de main que l’on entrevoit aux côtés de Voldemort durant la séquence d’ouverture.

Chapitre 10 : Tempête au Ministère

Entièrement inédit

Un chapitre qui revient essentiellement sur les évènements de la Coupe du Monde. Dans la Gazette du Sorcier, Rita Skeeter se déchaîne sur le Ministère de la Magie ainsi que sur Mr Weasley. Rien de transcendant.

Chapitre 11 : A bord du Poudlard Express

Partiellement inédit

La tête d’Amos Diggory -père de Cedric- apparaît dans le feu pour demander à Arnold Weasley de tirer Maugrey Fol Œil d’affaire: il aurait piégé des intrus à l’aide d’une poubelle enchantée, mais a attiré l’attention de policiers Moldus. Une péripétie de plus liée à la sous-intrigue policière de ce quatrième tome, qui se trouve donc absente du film. Molly Weasley accompagne ensuite tout le monde à la gare à bord d’un taxi Moldu conduit par un chauffeur médusé, la voiture volante familiale ayant été détruite dans le deuxième volet.

Chapitre 12 : le Tournoi des Trois Sorciers

Repris presque intégralement

Il était difficilement concevable d’élaguer un chapitre dont le but principal est de poser les enjeux pour l’année à venir. C’est donc sans surprise que l’on voit ce chapitre respecté assez scrupuleusement, même si de nombreux détails portant par exemple sur l’historique du tournoi et la récompense accordée au gagnant (1000 Gallions, contre un bête trophée pour la version ciné; les radins) disparaissent. Tout comme disparaît aussi les prémices de la sous-intrigue portant sur les Elfes de Maison, puisque Hermione découvre que tous les plats servis à Poudlard sont préparés par ces derniers.

Chapitre 13 : Maugrey Fol Œil

Presque intégralement inédit

Comme son nom ne l’indique pas, ce chapitre est consacré à la première journée de cours de Harry, Ron et Hermione et il n’inclut d’ailleurs pas le cours de Défense contre les Forces du Mal. Les trois amis commencent par Herbologie avec le professeur Chourave. Elle les charge de récolter du pus de Bubobulb. Le cours suivant, Soin des Créatures Magiques avec Hagrid et les Serpentard, est consacré aux Scroutts à Pétard, des crevettes sans tête qui éjectent des mini-explosions par la queue. Enfin, ils se rendent au cours de Divination avec le professeur Trelawney. Elle prédit, comme à son habitude, la mort de Harry dans d’atroces souffrances. Notons qu’à l’instar de beaucoup d’autres, le personnage incarné par Emma Thomson dans Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban est absent du film. C’est à la fin de ce chapitre que se situe l’altercation entre Harry et Drago Malefoy, qui débouche par sa transfiguration en furet par le professeur Maugrey. Dans le film, le passage a été conservé tel quel mais déplacé dans le temps, au moment où Harry et Ron sont brouillés. Le motif de la bagarre n’est donc pas le même, car dans le roman, Harry défend la mère de Ron qui a été insultée par Malefoy. Un mot, puisque le chapitre s’y prête, au sujet d’une déception sur l’adaptation à l’écran du personnage de Maugrey: le livre nous le décrit comme la vague imitation d’un homme, à la bouche semblable à une “entaille tracée en diagonale” et à qui il manque une grande partie du nez. On ne peut pas dire que le maquillage rende totalement justice à cette description, tout comme on peut déplorer que son œil magique ne soit pas un “vrai” œil de verre, plutôt qu’une sorte de bandeau de pirate recouvert d’un œil magique –ce qui n’est pas pareil-. Un résultat bien moins percutant donc, bien que sans doute une manière pour Brendan Gleeson -qui interprète le personnage- de retranscrire une palette d’émotions beaucoup plus riche que s’il avait été recouvert de quinze couches de latex.

Chapitre 14 : Les Sortilèges Impardonnables

Partiellement inédit

Bonne surprise concernant le cours de Maugrey Fol Œil consacré aux Sortilèges Impardonnables: il est repris intégralement, et quasiment à la virgule près. Le seul passage inédit du chapitre concerne la S.A.L.E.; comprendre la Société d’Aide à la Libération des Elfes que tente de promouvoir Hermione à grand renfort de badges. Le problème est qu’elle semble être la seule à vouloir y adhérer, car si l’on en croit J.K. Rowling, les Elfes de Maison aiment servir les Hommes sans être payés (ils ont dû être stagiaires dans une autre vie). Harry reçoit également une réponse de Sirius: alarmé par l’épisode de la cicatrice, il se dirige vers Poudlard.

Chapitre 15 : beauxbâtons et Durmstrang

Partiellement inédit

Harry commence la journée par envoyer une lettre à Sirius lui disant que tout va bien pour lui dans l’espoir que son parrain ne prenne pas de risques en se rapprochant de Poudlard. Plus tard, Fol Oeil place le sortilège de l’Imperium sur ses élèves pour leur apprendre à y résister. Seul Harry y parvient. (Dans le roman, cela aura de l’importance par la suite.) La réponse de Sirius Black arrive : il est caché dans le pays…
Pour ce qui est de l’arrivée des deux écoles rivales, très peu de différences (7 chevaux tirent la calèche de Beauxbâtons dans le film contre 12 dans le livre; sans doute un concept trop compliqué visuellement), et surtout une initiative exclusive au film, ce qui est assez rare pour être souligné: les élèves de Beauxbâtons et Durmstrang ont une entrée très chorégraphiée, ce que vous pourrez trouver rafraîchissant ou ridicule selon votre humeur du moment.

Chapitre 16 : La Coupe de Feu

Repris presque intégralement

Tous les passages de ce chapitre sont repris à différents moments du film: l’exposé des règles du tournoi, l’arrivée des juges (Ludo Verpey en moins), la ligne de limite d’âge autours de la coupe… et la sélection des trois champions.
Pardon, quatre.

Chapitre 17 : Les quatre champions

Récit modifié

Toute la soirée qui suit la sélection des champions a été adaptée à l’écran aussi scrupuleusement que possible, jusqu’à la brouille de Harry et de Ron. Alors, pourquoi “récit modifié”?
Tout simplement à cause du personnage de Dumbledore, complètement différent entre le film et le roman. Dans ce dernier, il reste constamment placide et continue de raisonner quand tout le monde autour de lui se contente de vociférer. Dans le film en revanche, il se rue dans la pièce et secoue Harry Potter comme un prunier en lui demandant, façon Jack Bauer, si c’est lui qui a glissé son nom dans la Coupe de Feu! Ne nous y trompons pas: malgré les nombreuses intrigues abandonnées, les personnages sacrifiés sur l’autel du rythme et les raccourcis opérés, si trahison il y a envers le quatrième volume et la série en général, c’est ici qu’elle se trouve.

Chapitre 18 : L’examen des baguettes

Partiellement inédit

Quelques détails de faible importance ont sauté: Mr Ollivander -qui a vendu sa baguette magique à Harry dans le premier épisode- vient vérifier que les baguettes des quatre champions sont en bon état de fonctionnement, et Harry se bat de nouveau avec Malefoy devant la classe de Potions. Cependant, c’est Hermione qui reçoit le sort réservé à Harry, et ses dents -déjà très grandes d’ordinaire- se mettent à pousser de façon démesurée. Le professeur Rogue, appelé pour constater les dégâts, déclare ne “pas voir de grande différence”. Hermione s’enfuit en pleurant.
L’interview “musclée” de Harry Potter par Rita Skeeter a par contre été conservée telle quelle.

Chapitre 19 : Le Magyar à Pointes

Partiellement inédit

Les conséquences de l’article de Rita Skeeter sont dans le livre beaucoup plus développées: elle y prétend que Harry pleure en pensant à ses parents, que lui et Hermione sortent ensemble… la vie à Poudlard pour Harry, déjà pas simple depuis son élection pour le tournoi, devient carrément invivable. Hermione parvient à le convaincre de se rendre au Pré-au-Lard avec elle pour se changer les idées. Ils y sont abordés par Fol Œil et Hagrid qui demande à Harry de le retrouver le soir même à sa cabane, abrité de son manteau d’invisibilité… c’est ainsi qu’il découvre que la première épreuve le mettra face à un dragon. De retour à la chambre commune, il retrouve Sirius qui apparaît dans la cheminée: l’entretien, tout comme son issue, a été conservé dans le film bien que déplacé dans le temps.

Chapitre 20 : La première tâche

Repris quasi intégralement

Ce n’est pas un grosse surprise : les morceaux de bravoure sont les passages les mieux servis en terme d’adaptation. A tel point d’ailleurs que l’épreuve, au cinéma, se voit considérablement étoffée et rallongée par rapport au roman. Deux petites différences : l’une, compréhensible, est au début. L’attente de Harry avant son épreuve est considérablement écourtée, là où il devait subir les commentaires “sportifs” de Ludo Verpey sur les prestations des autres candidats face à leur dragon dans la version papier. Il en résultait une tension presque palpable, très cinématographique finalement, que l’on pouvait rapprocher d’une scène comme l’attente de Kirk Douglas et de son adversaire avant leur lutte à mort dans l’antichambre de l’arène au début de Spartacus. L’autre oubli concerne le compte-rendu du combat des autres champions, dont on ne fait aucun cas dans le film, ainsi que l’attribution des points de la victoire. Pour la petite histoire, Harry finit deuxième de l’épreuve mais est le premier à avoir récupéré son œuf. Il fallait rendre à César…

Laisser un commentaire